L’UNRWA ne se demande jamais si les manuels scolaires de l’Autorité palestinienne devraient être utilisés par une agence de l’ONU qui doit adhérer aux principes fondamentaux des Nations Unies.

Coïncidence de timing. Tandis que le Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale vient d’interpeler l’Autorité palestinienne concernant l’antisémitisme contenu dans ses manuels scolaires, au même moment, le mandat de l’UNRWA fait l’objet d’un débat, comme c’est le cas tous les cinq ans, depuis 1949.

Cette année, pour la première fois, il n’y aura pas de renouvellement automatique du mandat de l’UNRWA.

Quel est le lien entre les manuels scolaires de l’Autorité palestinienne et l’UNRWA?

J’ai personnellement interviewé le Dr Na’im Abu Hummus, qui était alors ministre palestinien de l’éducation, dans son bureau le 1er août 2000, le jour même où les premiers manuels scolaires publiés par l’AP étaient fournis à l’UNRWA.

Dans cet entretien, Al-Hummus a expliqué que l’AP avait passé un contrat avec l’UNRWA pour être le fournisseur exclusif des manuels scolaires de toutes les écoles de l’UNRWA en Judée, Samarie, à Gaza et Jérusalem.

Ce jour-là, l’Autorité palestinienne a fourni au Center for Near East Policy Research (CFNEPR) ses 80 premiers manuels scolaires, et au cours de ces 19 dernières années, le Centre a reçu et examiné les 365 manuels scolaires fournis par l’AP à l’UNRWA.

Conclusions? Le CFNEPR a constaté que les manuels de l’AP utilisés par l’UNRWA ont endoctriné les élèves et inoculé un antisémitisme virulent dans le cœur et l’esprit des réfugiés de la Guerre d’indépendance de 1948 et de leurs descendants.

Ce qui signifie? Que l’UNRWA est responsable de l’éducation de 321’000 élèves dans 370 écoles.

En principe, l’UNRWA utilise les manuels scolaires de l’AP pour toutes les écoles de l’UNRWA en Cisjordanie, à Gaza et à Jérusalem, et s’appuie sur les nouveaux manuels scolaires produits par l’AP.

L’UNRWA ne se demande jamais si les manuels scolaires de l’AP devraient être utilisés par une agence des Nations Unies qui doit adhérer aux principes fondamentaux des Nations Unies.

Le CFNEPR, qui a examiné tous les manuels scolaires de l’AP depuis que l’AP a commencé à publier ses propres manuels scolaires, constate que les manuels scolaires de l’AP contiennent des expressions régulièrement rudes, anti-israéliennes, antisionistes et même antisémites, ce qui va à l’encontre de la neutralité exigée de l’UNRWA en tant qu’organisation des Nations Unies.

L’antisémitisme dans le monde arabe fait partie intégrante de la guerre actuelle, bien que ses racines remontent à des périodes antérieures. En tant que tel, il existe dans la plupart des programmes d’études dans le monde arabe. C’est également le cas dans les programmes palestiniens, mais dans une moindre mesure qu’en Syrie, en Arabie Saoudite et même en Egypte. Il est probable que cela soit dû au fait que l’édition palestinienne des manuels scolaires a été en partie financée par des pays donateurs occidentaux.

Cette supposition repose sur un incident survenu lorsque l’Autorité palestinienne a publié un manuel d’histoire pour la 10e année dans lequel le livre Les Protocoles des sages de Sion était décrit comme le recueil des résolutions confidentielles du premier Congrès sioniste à Bâle, en Suisse, en 1897.

Suite à un rapport du CFNEPR, l’Ambassade de Belgique à Tel Aviv a demandé au centre de leur faire parvenir la page arabe correspondante accompagnée d’une traduction anglaise.

Quelques mois plus tard, l’Autorité palestinienne a publié une nouvelle version du livre sans cette description.

Il s’agit là d’un précédent qui montre que les pays donateurs peuvent intervenir lorsqu’il s’agit de contrer les politiques d’éducation antisémites de l’UNRWA.

Comme l’UNRWA utilise les manuels scolaires de l’Autorité palestinienne sans omissions ni modifications, elle est en fait devenue un partenaire à part entière de l’endoctrinement anti-israélien, et parfois antisémite, de l’AP.

Les expressions antisémites contenues dans ces manuels scolaires ont existé tout au long des sept décennies d’existence de l’UNRWA, principalement dans le contexte du conflit, mais aussi dans un contexte religieux.

Des expressions tirées de manuels scolaires actuellement utilisés dans les écoles de l’UNRWA présentent des caractéristiques antisémites.

En envisageant de renouveler le mandat de l’UNRWA, les pays donateurs de l’ONU auront désormais amplement l’occasion de se demander si l’UNRWA continuera à enseigner avec un tel matériel et ce qu’elle entend en faire, après avoir reconnu le caractère venimeux des textes de l’AP proposés dans le programme de l’UNRWA.

L’antisémitisme est véhiculé et promu via les écoles de l’UNRWA depuis bien trop longtemps.

C’est pourquoi un débat de deux mois au sein l’ONU sur les politiques de l’UNRWA avant que soit décidé le renouvellement de son mandat représente une saine initiative de l’Assemblée générale de l’ONU.

David Bedein est directeur, Israel Resource News Agency au Center for Near East Policy Research. Recherche du Dr Arnon Groiss

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here